Bulletin Municipal 2020

Comme tous les ans, nous serions heureux d’annoncer des nouvelles plutôt encourageantes, mais cette année a été d’une résilience totale à tous les niveaux, où les rendez-vous ne pouvaient absolument pas être validés.

En effet, nous avions obtenu une rencontre avec la Direction Départementale des Territoires d’I-et-L au mois de février dernier, qui a été reportée à cause de l’accident du président

Ensuite le confinement est intervenu au mois de mars . Nous avions programmé une rencontre

au mois de novembre annulée à nouveau cause reconfinement.

Vu le contexte actuel et ne pouvant pas avoir une rencontre physique, nous avons décidé d’exprimer nos inquiétudes par courrier auprès de la DDT 37.

Depuis plusieurs années les conditions pluviométriques s’intensifient, ce qui provoque des événements catastrophiques, comme dernièrement dans le Sud/Est. A cette cadence, les assurances et les indemnités de catastrophes naturelles seront de moins en moins présentes.

Continuellement nous demandons la mise en œuvre d’actions raisonnées de la dévégétalisation du lit mineur de la Loire en aval de Tours. Nous étions d’accord avec la DDT 37 sur le fait que ces actions devenaient urgentes et prioritaires, avant de programmer d’autres travaux (renforcement levée ou autres)

Seulement voilà, suite à des modifications ou réorganisation de service, il y eut des changements de personnes et ce qui avait été abordé sereinement se retrouve aux « oubliettes »

Tout çà pour vous dire que nous sommes vraiment les parents pauvres d’actions menées sur « Le val de Villandry/Bréhémont » par rapport à la Métropole et Val d’Authion. Exit l’article de la NR du 12 septembre dernier.

Notre combat depuis le début, et de retarder au maximum la mise en fonctionnement des déversoirs de la Chapelle aux Naux et Villandry.

A la fin des travaux de dévégétalisation réalisés en aval du Pont de Langeais, rive gauche, nous avions demandé pourquoi ne pas pas avoir réaliser la même chose en face où des gros arbres sont poussés dans la Levée, la réponse donnée, il fallait attendre l’accord des propriétaires. A ce jour rien de fait. (Photo jointe)

En effet 2024 c’est demain, avec le transfert des levées que l’Etat réalisera envers les Communautés de Communes ou EPCI, celles-ci auront en charge d’assurer l’entretien des levées, renforcement, dévégétalisation et  les travaux nécessaires à la protection des personnes et des des biens.

A ce sujet, ce sera une lourde tâche qui les attend et que devrons gérer nos élus communaux du Val, alors que si le nécessaire avait été accompli au préalable par l’État, ce serait le moindre mal, la responsabilité changera de mains.

L’État n’ayant pu assumer cette tâche depuis presque deux siècles, nous pouvons douter que les Communauté de Communes puissent le faire et avec quel moyen financier ? Pour ce faire une taxe a été mise en vigueur au 1er janvier 2018 (G.E.M.A.P.I). Information dans bulletin de 2017.

Copie de notre courrier a été adressé à tous les Maires du Val, Député et Conseiller Départemental.