BULLETIN MUNICIPAL

ARTICLE DE L’ASSOCIATION DES RIVERAIN LEVÉE:LE DANGER

L’année 2018 a enfin vu se concrétiser l’étude de danger réalisée sur le val de Bréhémont.

Une réunion publique s’est tenue à Bréhémont le 5 septembre 2018

La réunion s’est déroulée devant une petite centaine de riverains et les maires des communes de Bréhémont, La Chapelle aux Naux, Rigny Ussé, le maire de Villandry était représenté par son premier adjoint. La délégation de la DDT était dirigée par Madame Elise Poireau assistée de MM. GUIVARCH et HARDY du service fluvial ainsi que de représentants de l’entreprise VARVOUX qui effectuera les travaux.

En ouverture de séance Mme Poireau a rappelé que l’étude de danger menée en 2016 sur les levées domaniales du Val de Villandry- Bréhémont a mis en évidence trois facteurs principaux de risque de rupture de celles ci :
– La végétation( ligneuse principalement)
– Les canalisations traverseantes
– Les maisons enclavées

De ces trois facteurs, il est apparu que le premier de ceux ci générait des zones très probables de rupture des levées du Val. Le but de la campagne de dévégétalisation PONCTUELLE, qui a été entreprise en octobre/novembre 2018, est d’éliminer ces zones à haut risque.

Dans les faits, il s’agit d’une action de déboisement sur des zones bien définies sur le pied d’ouvrage, en priorité côté fleuve, et d’une largeur de 5 à 10 mètres. Les travaux consistent essentiellement en arrachage des arbres et des souches orphelines dont la présence fragilise gravement les levées. Les souches seront arrachées puis les trous bouchés avec des matériaux argileux compactés côté fleuve. Les branchages seront broyés sur place, les troncs et les plus gros fragments seront regroupés puis broyés pour être ensuite brûlés dans des sites utilisant ce combustible.

Pendant ces travaux la circulation ne sera affectée que lors d’intervention vers les hauts de levée ; une circulation par alternat sera alors instaurée sur la zone concernée et une interruption totale de celle-ci sera exceptionnelle. Ces travaux nécessiteront une bonne information et une bonne coordination avec les collectivités et les services de transports scolaires ; une suspension temporaire des travaux pourrait être faite pendant des créneaux horaires permettant la circulation du ramassage scolaire.

La création de chemins d’entretien aux pieds des levées est indispensable pour la surveillance de l’état des ouvrages et pour la prévention des dégradations.

Les membres de l’association des Levées avaient exprimé le souhait et sont dans l’attente d’une rencontre avec Mme Poireau de la DDT pour faire un point sur ce programme de nettoyage des levées et pieds de levées, et notamment sur:

Les travaux de dégagement (qui sont maintenant pratiquement terminés)

Le dessouchage qui ne peut être effectué durant l’hiver (les trous ainsi créés fraîchement ou non colmatés seraient dangereux en cas d’inondations)

Le risque de crues  qui n’est pas diminué par ces travaux; seul un nettoyage du lit de la Loire au niveau des rétrécissements serait efficace (il nous paraissait beaucoup plus urgent). Cet effet d’entonnoir est accentué par la présence de la végétation dans le lit du fleuve  ; de ce fait la menace est de plus en plus grande. 

Toutefois il faut reconnaître que c’est la première étude qui est suivie d’une action et c’est aussi la première fois que l’on chiffre le nombre d’habitants dans le val à 3000.

Après sollicitation et comme nous vous l’avions annoncé à la dernière Assemblée Générale, un site INTERNET à été mis à en place fin 2017 : http://www.associationleveedanger.ovh/. Vous y trouverez des informations sur la Loire et ses affluents locaux, les crues… ainsi que sur les buts et les activités de l’Association. Peut-être certaines ou certains d’entre vous l’ont déjà consulté.

Quelques photos pour illustrer l’encombrement du lit mineur de la Loire.