Les 3 Rivières

L’Indre

L’Indre prend sa source dans les Monts de Saint-Mariens à 410 mètres d’altitude, sur le territoire de Saint-Priest-la-Marche dans le département du Cher, à la limite du département de la Creuse. Après avoir traversé les départements du Cher, Indre et Indre-et-Loire, elle gagne la vallée de la Loire à Marnay (Communes d’Azay-le-Rideau et de Lignières de Touraine).

Son confluent avec la Loire se trouve au Néman (Commune d’Avoine).

L’Indre est une rivière dont les fonds et les biens sont privés et qui couvrent une longueur de 279,3 Kms, son bassin représente 3462 Km².

Ses principaux affluents: L’Indrois, L’Ozance, L’Echandon, la Vauvre, l’Igneraie.

25 Communes sont traversées par la rivière «L’Indre» en Indre-et-Loire par ordre alphabétique:

Artannes-sur-Indre, Avoine, Azay-sur-Indre, Beaulieu-lès-Loches, Bréhémont, Bridoré, Chambourg-sur-Indre, Cheillé, Cormery, Courçay, Esvres-sur-Indre, Huismes, Lignières-de-Touraine, Loches, Montbazon, Monts, Perrusson, Pont-de-Ruan, Reignac-sur-Indre, Rigny-Ussé, Rivarennes, Saché, Saint-Hippolyte, Verneuil-sur-Indre.

Malgré son allure paisible, l’Indre fait partie des rivières les plus rapides de France, son historique le prouve notamment en 1770 au mois de novembre, où des pluies incessantes s’abattent sur le centre de la France, donnant lieu à d’importantes inondations et provoquent des dégâts importants. En Indre-et-Loire, les communes de Loches, Cormery et Montbazon sont à moitié détruites.

Sur l’ensemble des cours plus 30 ponts sont emportés, des maisons détruites ou endommagées. Sur dénombre au moins 50 morts.

À la suite, son cours a été régulé, afin de profiter de son inertie qui lui dégage, par la construction d’usines hydroélectriques et de moulins.

Près de nous, l’usine hydroélectrique d’Azay-le-Rideau à fonctionné dans les années 1950.

Le Cher

Le Cher prend sa source à Mérinchal dans le département de la creuse, à 717 mètres d’altitude sur le plateau de combraille dans le Massif Central (région naturelle granitique). C’est le deuxième plus grand affluent de la Loire après l’Allier par sa longueur de 320km. Il traverse plusieurs  villes, Montluçon, Vierzon, Tours( et notamment le château de Chenonceau qui l’enjambe).

Le lit du Cher peut se diviser en trois parties : le Cher torrentiel, le Cher sauvage et le Cher canalisé ou navigable. Le Cher sauvage fut classé comme flottable, du moulin d’Enchaume jusqu’à Vierzon,et comme navigable de Vierzon jusqu’à la confluence avec la Loire. Sur un parcours de 151 Kms, divisé en trois sections :

  • Section 1 : de Vierzon à Noyers-sur-Cher, soit 71 Kms (Abandonné totalement par la batellerie, qui empruntait pour ce trajet le canal du Berry, lattéral à la rivière)

  • Section 2 : de Noyers-sur-Cher à Rochepinard (Barrage de Tours), soit 62 Kms, 16 barrages éclusés, c’est le Cher canalisé

  • Section 3 : du barrage de Tours à la Confluence, à Villandry, soit 21 Kms avec deux barrages à pertuis difficiles. A l’origine, la confluence avec la Loire, sur situait plus en aval sur la Commune de Bréhémont. Pour des problèmes de navigation, cette section de rivière appelée « Vieux Cher », fut court-circuitée en 1778.

A l’origine, la confluence de la Loire et du Cher se situe plus en aval sur la Commune de Bréhémont. Pour les problèmes de navigation, cette section de la rivière maintenant «Vieux-Cher» est court-circuitée en 1778 au profit de la Confluence actuelle située sur la Commune de Villandry ( indre-et-Loire)

 

La Vienne

La Vienne prend sa source dans le département de la Corrèze sur le plateau de Millevaches, à partir de cinq petits ruisseaux, au pied du Mont Audouze à 859 mètres d’altitude. La rivière traverse ensuite les départements elle a donné son nom de fils: la Haute-Vienne et la Vienne.Traverse ensuite l’Indre-et-Loire et se jette dans la Loire à Candes-sur-Martin, après avoir coulé pendant 372 Kms, avec un débit moyen de 210 m3 au confluent.

Fait partie des principaux affluents de la Loire, après l’Allier et le Cher, son débit est supérieur à ceux-ci.

Son bassin représente 21 161 Km2

Un débit impressionnant, une référence: 1er janvier 1962 – 2 100 m3 à Nouâtre

Les plus grandes villes traversées par la rivière la Vienne sont Limoges, Châtellerault et Chinon

La rivière possède de nombreux affluents comme la Mauldre, le Tourion, la Creuse sur la rive droite, la Briance et le Clain sur la rive gauche.

 

La référence de référence ayant servi à édifier le PPRI de la Commune de CHINON, est la crue de juillet 1792